La Galerie du randonneur errant

A la découverte des massifs du Ventoux et des Dentelles

Le Massif des Dentelles

Situation et Villages  ⚬  Les Sites particuliers  ⚬  Les Randos

Situation et Villages des Dentelles


Screenshot_20190309-125702_Samsung Internet Beta.jpg

Le massif des Dentelles forme une espèce de losange dont le grand axe d'environ 13km à vol d'oiseau va de Vaison la Romaine au nord à Beaumes de Venise au sud. 
Les Dentelles de Montmirail font partie du massif des Dentelles, elles sont formées de trois chaînes, au nord, la plus longue, les Dentelles sarrasines s'étend d'ouest en est de Gigondas au rocher St Christophe. Au sud des Dentelles sarrasines, deux plus petites chaînes, le Grand Montmirail à l'ouest et le Clapis à l'est.

   

Les communes entourant le massif sont en partant de Vaison la Romaine au nord et en allant dans le sens des aiguilles d'une montre, en cliquant sur le nom du village de votre choix, vous serez dirigé vers la description du village. Cliquez sur le village que vous voulez visiter.

Crestet  ⚬  Malaucène  ⚬  Le Barroux  ⚬  St Hypolite du Graveyron  
  Beaumes de Venise  ⚬  Vacqueyras  ⚬  Gigondas  ⚬  Sablet  ⚬  Séguret  ⚬  Vaison la romaine

     

Trois petits villages se trouvent à l'intérieur du massif;
La Roque Alric  ⚬  Lafare  ⚬  Suzette

   

Le massif des Dentelles est composé d'un nombre important de collines et de petites chaînes calcaires comme les Dentelles de Montmirail, les plus connues qui comprennent le Clapis au sud-est, le Gd Montmirail au sud-ouest et les Dentelles Sarrasines plus au nord. Le point culminant du massif se situe au sommet du Mt St Amand avec 732 m alors que le point culminant des Dentelles de Montmirail se situe sur le pic de la dent du Turc avec 632 m environ. 
   Le massif est bordé à l'est, au nord et à l'ouest par l'Ouvèze qui fait une boucle. A l'est le Groseau longe son flanc avant de se jeter dans l'Ouvèze vers le village du Crestet. Le canal de Carpentras et la Salette bordent le flanc sud-ouest du massif. Dans le massif coulent quelques toutes petites rivières, le fameux Trignon (souvent sec l' été) passant par l'ancien monastère, la Salette qui nous offrent de belles cascades vers Lafare, le Sublon prenant sa source à l'ouest de la Ferme du Pommier, le ruisseau du grand Alisier qui se jette dans l'Ouvèze à l'ouest de Vaison.

  

Les principales collines

Du nord au sud; Mars - le Serre long - Coste Belle - St Maurice sur laquelle est perché le vieux village du Crestet - la Grande Montagne et le Grand Alizier près de la Verrière - le Cron et le Grieux - la grosse colline d'Arfuyen à l'ouest de Malaucène.

Plus à l'est vers Séguret; la colline de ND d'Aubusson - Sommier - la colline de Séguret - le Cheval long.

Au centre; le grand Mont St Amand bien visible par ses antennes.

Près de Malaucène; le Clairier et les Gippières.

Plus au sud-est; les collines de Pié Logier et du Graveyron. Carabelle et le Dévès Entre la Roque-Alric et le Barroux.

A l'est de Gigondas, la longue colline du Pourra allant du col du Cayron au Pas du Loup.

Plus au sud, Les trois massifs des Dentelles de Montmirail: Le Clapis - Les Grand Montmirail - Les Dentelles Sarrasines
Enfin au sud du massif les collines des Courens et les Grottes d'Ambrosi qui surplombent le village de Beaumes de Venise.


Le Crestet

Ce magnifique petit village est perché sur le flanc d'une colline à l'ouest du massif des Dentelles, au sud/sud-ouest de Vaison la Romaine.  Il est dominé par les ruines de son château au sommet de la colline.
    - Les romains s'y établirent sur le quartier d'Aubusson (première colline). De nombreuses traces de ce vicus ont été trouvées, statue de Jupiter et un autel dédié à Sylvain le dieu des tonneliers.
    - Au Xème  siècle, le village appartient au comte de Toulouse qui défend ses territoires face aux désirs de possession de l'évêque de Vaison et du Prince d'orange. En 1274, le Comtat Venaissin revenant au pape, ce dernier administrera le village jusqu'en 1791 où il passe dans le royaume de France.
    -  Ce village est réputée pour son vignoble. La cave coopérative de Séguret est fondée en 1960, la plus récente du département. Ses vins ont l'appellation "Côtes du Rhône Village".
    - La partie plus moderne du village s'est étendue dans la vallée, le village médiéval est magnifiquement entretenu par ses habitants au sein d'une association. 
    -  L'enceinte en forme de trianglemontait jusqu'au château, l'enceinte sud s'appuyait sur les rochers que l'on voit bien de l'église. On y entre par la porte de Bise, nom venant du Mistral froid comme la bise et l'on suit une rue principale avec la place de la fontaine et le Beffroi datant de la fin du XVIIème siècle  En dessous, en parallèle, la rue des Poternes avec ses maisons dans les remparts et leur vue sur la plaine de l'Ouvèze.
    -  De nombreuses petites ruelles avec de belles portes, des soustets, plusieurs lavoirs, une belle fontaine datant du XVII ème siècle avec deux très beaux abreuvoirs qui accueillent une petite brasserie, un lavoir couvert fut ajouté en 1846.
   -  L'église St Denis à l'extrémité sud du village sous les rochers fut d'abord une église Romane au début X ème siècle. Elle fut agrandie au début du XIV ème siècle qui sera orientée sud contrairement à la règle qui veut que les églises soient orientées à l'est.
    -  Il faut voir le four banal encore utilisé pour certaines occasions.
    -  La chapelle Ste Thècle datant du XVIIème siècle et affectée aux pénitents mais abandonnée à la révolution puis tomba en ruine. Elle est restaurée par l'association des amis de Séguret. 
    -  Voir aussi la place des Arceaux où sont des platanes très vieux classés arbres remarquables avec plusieurs lavoirs

Visitez le village avec l'album photos

Malaucène

Malaucène se situe plutôt dans le massif du Ventoux mais il est à la frontière de celui des Dentelles et plusieurs sentiers partent de Malaucène pour y entrer. Vous pouvez le visiter sur cette page.

Le Barroux

 

Le village du Barroux se situe au sud-est du massif des Dentelles entre Carpentras et Malaucène. 
     Ce site entre Ventoux et Dentelles fut occupé depuis la haute antiquité, bien sûr comme pour tous les villages aux alentours une occupation romaine, ceci grâce à l'expansion de Vaison la Romaine à l'époque romaine. Les archives ne sont pas loquace pour le premier siècle. Une première trace indique que la "villa d'Albarouffo" fut inféodé par la famille Ricavi. 
    -  En 1538 Henri de Rovilhasc acquiert la seigneurie et reconstruit le château en style renaissance. 
    -  Le châtelain Barthélémy Bellon livre la château aux protestants en 1563 qui ne sera pas abîmé. Les protestants filent devant l'armée papale conduite par le neveu du Pape. Le village peut s'agrandir avec la paix retrouvée. La culture de la vigne se développe mais pas d'une façon aussi importante que du côté ouest du massif. Le blé, les noix et les amandes apportent la richesse au village. 
    - En 1791, les habitants votent le rattachement à la France mais fatigués par les exactions des révolutionnaires ils intègrent la ligue de Ste Cé-cile, royaliste. Les habitants de Malaucène viennent alors pour ravager le château. 
    -   Au XIXème siècle c'est l'abricot qui apportera la richesse avec plus de 30000 pieds plantés. 
    -  Pendant la guerre, les allemands réquisitionnent le château puis après leur départ un groupe de nazi passant par là et voyant les affaires que les allemands   avaient laissées, pensent qu'un groupe de résistants y campent, ils y mettent alors le feu. 
    - L'église St Jean Baptiste, le château privé mais dont une grande partie est visitable grâce au travail d'une association et sa chapelle Notre Dame de la Brune qui, elle, ne se visite pas, de nombreuses fontaines, l'ancien hôpital. 

Visitez le village avec l'album photos

St Hypolite du Graveyron

C'est un petit village d'environ 180 habitants qui tire son nom d'une petite colline, le Graveyron. Il se situe à l'est de Beaumes de Venise. Comme tous les villages de la région, il fut occupé par les romains. Pas beaucoup de détails historique car ce village était attaché à Caromb/ En 1254, on trouve trace de Sancto Ypolito, petit hameau autour d'une maison-forte. En 1401 est mentionné un château dans l'acte de vente à Étienne de Vesce, seigneur de Caromb. Au XVII ème siècle ce village comprend quelques maisons serrées les unes contre les autres mais l'église et le château sont déjà en piteux état. En 1830 une petite église fut construite.
    Le 12 octobre 1790, St Hypolite est détaché de Caromb et devient autonome.

Beaumes de Venise

Encore une fois les romains se sont installés dans ce coin des Dentelles. Mais auparavant, un oppidum se situait sur le plateau, il sera évacué par les romains. La Pax romana terminée, les habitants remontent sur les plateaux.
     - Vers 737, les Sarrasins pillent la région, d'après la légende trois importantes batailles ont lieu, une vers le col d'Alsau (qui viendrait d'assaut), une vers Sarrians et une vers Aubune.
     - Au moyen âge jusqu'au XI ème siècle, les habitants restent sur le plateau où se trouve le château de Castellas, en restauration à l'heure où j'écris ces lignes. Mais l'approvisionnement en eau est problématique ce qui fait descendre les habitants dans la vallée. Un nouveau château y est construit (quelques ruines restent visibles sur la partie haute du village). Beaumes fut rattaché au Comtat Venaissin.
     - Au XII ème siècle Turenne (Capitaine des Armes du Comtat Venaissin, Capitaine pontifical en Italie et se rendit célèbre sous le nom de Fléau de Provence en luttant contre Marie de Blois, comtesse de Provence et les deux antipapes d'Avignon, Clément VII et Benoît XIII.) attaquea Beaumes sans y parvenir car protéger par de bons remparts.

Avant les guerres de religion, un Avignonnais, Perrin Parpaille s'installe à Beaumes pour fuir la peste son descendant deviendra un protestant qui donnera son nom aux Par paillot. Toujours bien protégé, le baron des Adrets ne peut enlever Beaumes mais détruit l'église située hors des remparts. Après les massacres de catholiques à Nîmes, Beaumes accueillent de nombreux habitants des communes voisines. Le village résiste à toutes les attaques grâce à ses remparts et aux troupes qu'elles rémunèrent. Mais à la sortie des guerres Beaumes est ruinée.
     - Malheureusement, alors qu'elle avait été épargnée de la peste de 1583-84, elle fut ravagée par celle de 1628. Ensuite le bourg s'étend dan sla plaine, les seigneurs font construire un château d'agrément devenu la mairie actuelle.

Au milieu des années 1900, le canal de Carpentras va doper l'agriculture mais deux activités très importantes s'éteignent, la culture de la Garance et celle des vers à soie. Les abricotier remplaceront ses deux cultures et vient l'époque de la vigne qui va prendre un essor remarquable. En 1956 est créée la coopérative que l'on voit bien du haut de la colline. Aujourd'hui, le muscat de Beaumes est mondialement reconnu. L'olivier s'étale dans la plaine et l'huile de Beaumes devient très vite réputée grâce à sa cave coopérative créée en 1925.

Visitez le village avec l'album photos

Vacqueyras

C'est un beau village fortement marqué par la vigne. Après l'épisode romain commun à toute la région, le village se développe autour d'un château et d'une église vers le XII ème siècle, rattaché au Comtat Venaissin. Malgré ses remparts, le village est détruit en 1563 par les protestants.
     La vigne apparaît au XVII ème siècle en 'hautain' (technique de culture de la vigne qui s'appuie sur les arbres fruitiers servant de tuteur) et va se développer pour donner aujourd'hui d'excellents vins rivalisant avec les meilleurs appellations voisines.
    - La révolution ravage le château et l'église.

Personnages célèbres
    - Le poète Raimbaut plus connu en Italie né vers 1115 à Vacqueyras, il suit son éducation à Arles, fait partie de la cour de Bertrand des Baux, premier Prince d'orange. Après avoir été chassé par Guillaume des Baux en 1190, Raimbaut part en Italie à la cour de Boniface de Montserrat qui le fera chevalier, Raimbaut étant aussi un guerrier ! Un amour impossible avec la fille de Boniface, Béatrice, mariée à Henri de Sone durera sa vie durant.
    - En 1202, il part en croisade avec Boniface. Avant son départ il écrit un très beau poème pour Béatrice; 'l'Amoroso Carrioco', à 47 ans. Malheureusement durant leur retour, ils seront tués pendant une bataille contre les Bulgares.
    - Le chirurgien Ange-Bernard Imbert-Delonnes (1747-1818), personnage célèbre de Vacqueyras qui inventa le sparadrap. Il fut chirurgien en chef de la succursale des Invalides à Avignon.
    - L'abbé Henri Michel, curé de Vacqueyras en 1980. Spécialisé en archéologie, ce fut un bon vivant puisque surnommé 'Curé de la truffe et du vin"!!! Lorsqu' il exerçait à Riche rendes qui inventa 'la messe des Truffes'! Mondialement connue. Il fit un recensement des Bories et cabanes en ierres sèches du massif des Dentelles.

Visitez le village avec l'album photos

Gigondas

Gigondas est un petit village réputé pour ses vins, il se situe au sud/sud-ouest du massif des Dentelles.
      - Des traces ont montré la présence d'un village Chalcolithique. Les romains s'y installent en apportant la vigne et l'olivier. Des village se construisent dans la plaine, des tuileries et des poteries fonctionnent en utilisant les veines d'argile.
    - Après la chute de l'empire romain, les habitants se replient dans les collines pour se protéger. 
    - Au début du moyen âge le Castrum Gigondarum se construit en deux temps; D'abord sur le haut du rocher sud un château, des enceintes et quelques villageois dès le XIème siècle puis extension de l'enceinte vers le nord englobant l'église alors extra muros.
    - Le village bénéficie d'une fontaine, rare à cette époque, les artisans et les commerces vont donc se développer et le village s'agrandit, il est alors construit un deuxième château plus grand par les Princes d'Orange comme résidence secondaire ! 
    - Gigondas est une seigneurie créé en 1146, rattachée à la Principauté d'orange.
    - Au début des guerres de religion en mai 1563, les protestants menés par Gaspard Pape de St Auban attaque et dévaste le village. 
    - La Principauté d'orange devient française en 1731. Et lors de la révolution sera plus épargné car n'appartenant aux villages restés fidèles au Pape. L'église est épargnée et devient "Temple de la raison".
    - Plus tard au XIXéme siècle, Gigondas est surtout connu pour tuileries, briquèteries, four à Chaux et à gypse ainsi que pour ses deux établissements de bains, les Florets et Montmirail bien qu'étant sur la commune de Vacqueyras. 
    - Sous l'influence d'Eugène Raspail, la vigne prend son essor mais le phylloxéra détruira les vignes. Les habitants replantent et dès 1920 la réputation est retrouvée en gagnant des médailles. Mais la lutte avec Château neuf du Pape sera rude.
    - Peu d' habitants vivent à l'année, environ 540 ce qui peut se comprendre par le manque de commerces, seule une petite épicerie excentrique qui ouvre on ne sait quand, enfin à chaque fois que j'y passe elle est fermée ! Par contre vous y trouverez de nombreux caveaux plus de 72 !!!!
    - Il faut voir ses petites ruelles, les remparts, l'église Ste Catherine, le vieux château et son jardin botanique ainsi que quelques sculptures dans les jardins qui montent au reste du château et la fontaine et son lavoir.

Visitez le village avec l'album photos

Sablet

Beaucoup de vestiges romains ont été retrouvés dans la plaine de Sablet. Au moyen âge, Sablet appartient au Comtat Venaissin mais sous la gestion de la Légat ure donc pas de seigneur, donc pas de château mais des remparts pour seule protection. Deux enceintes se sont succédées au fil du temps. On peur apercevoir beaucoup de soustet pour augmenter la surface habitable.
        - En 1563, comme tous les autres villages, Sablet n'échappe pas aux protestants.
- Au XVI ème siècle avec l'irrigation par captage de l'Ouvèze, l'agriculture se développera laissant par la suite la place à la vigne.
        - En 1792, Sablet devient chef-lieu de canton comprenant Séguret et Gigondas pour laisser la place à Séguret en 1793 pour finir en 1810 dans le canton de Beaumes de Venise !!!
- La production de vin augmente sensiblement dans les années 1920-1930. Une spécialité de Sablet, la production de ceps de vigne mondialement connue grâce à François Frédéric Leydier. Une cave coopérative est fondée en 1935.
        - Quelques écrivains célèbres comme Lucien Bonnefoy, Georges-Frédéric ont vécu à Sablet qui perdurera cette tradition du livre par un salon annuel.

Visitez le village avec l'album photos

Séguret

Perché sur le flanc d'une colline, au sud de Vaison la Romaine sur le flanc ouest du massif. il se voit bien de la plaine de l'Ouvèze.
        - Du temps des Romains, il est le centre du Pagus deobensis dont fait partie le hameau de St Quenin près de Vasio. Beaucoup d'objets ont été retrouvés
- Au moyen âge, le fief appartient aux Comtes de Toulouse qui font construire le château au XI ème puis rattachés au Comtat et à l'évêque de Vaison lorsque les Comtes de Toulouse furent chassés. Au XIV ème des remparts entourent le village et montent jusqu'au château.
        - En 1563, les protestants envahissent le village de nuit tuent 130 habitants et brûlent les archives. En 1578, une nouvelle attaque est menée par le général Gouvernent avec l'aide de traîtres à l'intérieur du village, les traîtres surpris avant l'ouverture des portes, l'attaque échoua. A partir de 1615, une irrigation est installée avec un pompage dans l'Ouvèze et permet de nouvelles cultures. En 1791, Séguret devient français, rattaché à la Drôme puis en 1793 passe dans le Vaucluse. Au XIX siècle, l'olivier et le mûrier dominent puis le pêcher. Après la deuxième guerre mondiale, la vigne s'implante largement dans la vallée et le massif. Elle s'étend lorsque les Oliviers gèlent en 1956. La cave coopérative est construite en 1960 avec les vins de Roaix. Puis Séguret obtient l'appellation 'Villages' en 1967.

Visitez le village avec l'album photos

La Roque Alric

Le village le moins peuplé du massif avec moins de cent habitants. Il se situe à l'Ouest du Barroux et à l'est de Lafare.
Les Romains s'y étaient installés puis au moyen âge, il est rattaché au Comtat Venaissin, il s'appelait Rocha Alarico et était considérait comme un castrum en 1253. L'église est mentionnée en 1306, le château en 1317. Lors des attaques de Raymond de Turenne, le village est détruit n'apparaissant plus dans les comptes de la taille au XV ème siècle.
        - A partir du XVI ème siècle il prend le nom de la Roche-Henry.
- En 1792, les révolutionnaires ayant détruit le château de Lafare viennent faire de même avec celui de la Roque Alric, nom donné après 1793.
- Une belle petite chapelle se trouve dans le cimetière mais restée vide.

Visitez le village avec l'album photos

Lafare

Ce petit village de quelques 120 habitants se situait au moten âge près du rocher St Christophe et de la chapelle éponyme toujours en place, il appartenait au Comtat Venaissin.
        -Au XII ème siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait deux églises, Saint-Christophe, et l’église paroissiale, dont elle percevait les revenus.
- La seigneurie fut acquise en août 1246 par Pons Astouaud et Rostang de Libra pour la somme de 20 sols raymondins. Ce fut là que Raymond de Turenne installa une partie de ses troupes en janvier 1396. La ville de Carpentras, menacée par cette présence, fait le siège de la ville par courtes périodes, avant de s’en emparer en août 1397. Le village est détruit en 1403 pour éviter à d'autres bandes de s'y installer.
        - Un siècle plus tard, le seigneur de Lafare, Honoré Astraud, fait revenir des habitants dont 5 familles de Mirabel qui s'installent près du château et fondé le nouveau village à son emplacement actuel. Le château à été détruit par les protestants puis reconstruit ey redétruit par les révolutionnaires en août 1792.
- L'église St Sixte reconstruite au XIX ème siècle puis restaurée en 1984. Elle est bien visible en venant de la Roque Alric avec les Dentelles de Montmirail en arrière plan.

Visitez le village avec l'album photos

Suzette

C'est le plus petit village du massif, il n'y a pas grand chose à voir si ce n'est le paysage qui l'entoure et l'église. Ce village faisait partie de la Principauté d'orange dont les archives sont à la Haye.
Sous la colonisation romaine, il faisait partie du 'Pagus Deobensis'. Au XII ème siècle; il entre dan sla Principauté, ensuite peu d'informations sauf à aller à la Haye !!!
Au XIX ème siècle, la culture de l'abricotiers domine puis la vigne prend son essor et remplace les abricotier.

L'église St Philippe est un petit chef-d'œuvre, édifiée fin XII ème siècle de façon défensive, après la destruction du château, une porte est ouverte au milieu du côté sud puis au XVIII ème siècle par un grand porche couvert.

L'ancien château était une forteresse importante de la Principauté. Il a été déconstruit tout comme celui de Lafare dans les années 1400 après sa reprise aux protestants par les troupes papales. A la place du château il y a une statue de la Vierge dont je n' ai pas trouvé le chemin pour y monter !!!

Visitez le village avec l'album photos